Sélectionner une page
EDC et photographie – Goruck GR1

EDC et photographie – Goruck GR1

Vous avez peut-être entendu parler de l’EDC = Every Day Carry. L’EDC est constitué de manière à avoir à disposition tout ce dont on peut avoir besoin au quotidien, mais se limite à une charge légère et peu encombrante.

L’EDC est très personnel car dépend des métiers, habitudes, besoins, envies, occupations, priorités et environnement de chacun. L’EDC peut varier en fonction des jours de la semaine ou des saisons.

Donc avant de parler de sac photo, il faut parler de sac « tout court ». En effet, je n’utilise pas de sac photo à proprement parler. Je préfère la discrétion et la modularité de sacoches indépendantes que je peux charger en fonction de mes besoins dans un sac à dos non dédié. Cela fait maintenant quelques années que j’utilise un sac à dos GORUCK GR1.

 

Pour mon EDC, voici ce que je transporte de base:

  • Clés
  • Téléphone
  • Papiers d’identité
  • Portefeuille avec cartes
  • Etui et lunette de soleil
  • Une petite gourde Sigg
  • Un mousqueton
  • IFAK avec médicaments de base et premiers secours
  • Trousse de survie avec couteau suisse, corde, briquet, stylo, ecouteurs, batterie, etc
  • Sac pliable
  • Tour de cou
  • Sangles
  • Gants
  • Goruck Field Pocket avec Fuji X100F
  • 2 batteries
  • Capture pro V3 de peak design

 

Pour le Fuji X100F, j’utilise la sacoche GORUCK Echo Field Pocket qui me permet de charger le boitier, deux batteries et le capture pro de peak design. Il est en permanence dans mon sac à dos.

 

Le problème des optiques modernes

Le problème des optiques modernes

 

Avec l’autorisation de Yannick Khong

 

De la quête de vitesse à la quête de résolution

 

Jusqu’à récemment, les capteurs photos ne pouvait pas dépasser 1600 iso proprement. Les focales fixes à grande ouverture étaient le seul moyen pour shooter en faible luminosité mais elles n’étaient pas très qualitatives. En 2012, les gammes Zeis OTUS et Sigma ART ont pris le parti de rajouter des éléments en verre dans les focales fixes pour améliorer les corrections optiques, mais au détriment d’autres paramètre comme le poids, le volume et le rendu 3d. 

 

Le rendu 3d ou « 3d pop lens effect »

 

Définition: Cet effet 3D est caractérisé par une bonne restitution sur la photo de la sensation de profondeur.

Quand on commence à lire ce qui se dit sur les optiques L de canon ou sur les Zeiss, pourquoi elles coûtent si chères, plusieurs photographes évoquent quelque chose d’intangible, une sorte de poésie, qu’on ne peux pas comparer sur un test de mires. Ces photographes qui utilisent ces optiques se sentent plus à l’aise qu’avec des optiques modernes « plus nettes », « plus piquées », « plus parfaites ». Et ce n’est pas une question de dynamique du capteur. Cela est du au aux micro-contrastes.

 

« Le micro-contraste est la plus noble des caractéristiques optiques »

 

Le micro-contraste est la capacité d’une optique de rendre la richesse et la vibrance des tons d’une couleur depuis sa tonalité la plus sombre jusqu’à la plus claire.
Une optique avec de bons micro-contrastes rends des couleurs plus riches et des transitions plus subtiles, ce qui améliore la sensation de profondeur. C’est ce que les photographes appellent l’effet 3d-pop, ou rendu 3d (ou 3d pop effect). Cela n’a aucun rapport avec la résolution, la netteté ou le bokeh.

 

Une optique avec un bon micro-contraste peut produire une photo fidèle et naturelle, au détriment d’une bonne netteté ou d’un joli bokeh. Une optique très piquée (comme les nouvelles optiques sigma) peuvent ne pas rendre cet effet. On dit d’ailleurs que ces optiques plus modernes ont un rendu plus plat, plus digital, plus clinique, plus froid.

 

 

Le rendu très plat des optiques modernes

 

Tout repose sur la citation de Ken Wheeler: « Glass is evil ». En effet, un objectif est composé de lentilles en verres. Or les optiques modernes comportent plus de lentilles que leurs homologues d’il y a quelques années.

 

 

Le postulat de départ est qu’un plus grand nombre de lentilles en verre affecte plus la qualité de l’image. Plus de verre transmets moins de luminosité, plus d’aberrations optiques et chromatiques et surtout favorise une baisse des micro-contrastes.
La perception de la netteté et des détails est optimisé, mais tout le reste est altéré (dont la perception des couleur et de la profondeur)

 

The lens intention diagram

 

Ce diagramme montre les compromis de rendu et de conception d’un objectif en fonction de ce pourquoi il a été conçu.

1-Les optiques avec moins de lentilles ont un meilleur effet 3d mais moins de correction optique.
2-Les optiques avec plus de lentilles ont un moins bon effet 3d mais plus de correction optique.
3-Les optiques avec une grande ouverture et une grande correction optique ne peuvent pas rendre d’effet 3d
4-Les optiques avec une grande ouverture et un bon rendu 3d ont moins de résolution dans les angles

 

Et voici le diagramme avec les domaines de la photographie:

 

 

La mauvaise direction

 

Depuis quelques années, les industriels nous pondent des objectifs sur-corrigés avec toujours plus de verre et de traitements de surface. Il en résulte d’une part un gain considérable de volume de ces objectifs, donc moins pratiques à utiliser au quotidien, et surtout avec un rendu plus plat qui présente moins de caractère et d’aptitude à enregistrer des images fidèles.

 

 

A l’opposé, les anciennes focales fixes n’ont pas que du caractère, elle permettent une vision fidèle et naturelle, sans sur-correction optiques.

 

Exemple de Canon

 

 

 

 

 

 

 

En conclusion, il faut privilegier des optiques « low-elements » avec peu de lentilles pour permettre un meilleur cheminement de la lumière et donc avoir plus de transmission de l’information des couleurs ce qui influencera un meilleur rendu de la profondeur et donc un meilleur rendu de l’effet 3d pop. Les anciennes focales fixes ont encore de beaux jours devant elles !

 

Dancing wedding

Dancing wedding

Obtenir des photos de danse avec les trainées lumineuses (light trails)

 

Cette technique va crée en quelques sorte deux expositions, une pour les trainées lumineuses et l’autre au flash pour figer le sujet. Avantages de cette technique:

  • Faire disparaitre les arrières plans disgracieux
  • Ne pas galérer avec l’autofocus en condition de faible luminosité.
  • Obtenir des photos dynamiques

 

Quel materiel ?

 

Appareil photo: N’importe quel appareil avec des réglages manuels et un flash (interne ou cobra)

Objectif: un grand angle de 24mm. On peut utiliser des focales plus longes (35 ou 50) mais cela rend moins bien.

 

Réglages du triangle d’exposition

 

  • La vitesse d’obturation permet de contrôler la lumière ambiante et la longueur des trainées lumineuses sur la photo. En général entre 1/4s et 2s.
  • L’ouverture contrôle la portée du flash. Entre F/8 et F/14.
  • Les ISO pour contrôler la sensibilité du capteur. Entre 50 et 200. Si la pièce est très sombre, vous pouvez monter un peu les ISO au profit d’une puissance de flash un peu moins faible.

 

Pour savoir quelles valeurs utiliser, faire une photo test sans flash de façon à obtenir des trainées lumineuses qui vous conviennet et en ayant le fond le plus noir possible.

 

Réglages du Flash

 

Le flash est placé directement sur le boitier. Placer la tête du flash directement en direction du sujet. Le flash va servir à exposer le sujet en envoyant son éclair au premier rideau. Le plus simple est de mettre le flash en automatique TTL. Si le résultat ne vous convient pas, vous pouvez utiliser la compensation d’exposition du flash oubien régler le flash en manuel.

Je n’utilise pas de diffuseur avec cette technique, ni de flash déporté. Vous pouvez augmenter le vignettage en jouant avec le zoom du flash cobra. La plupart des flash cobra permettent de zoomer manuellement de 24 à 100mm.

 

Shooter

 

Voici l’étape la plus importante: pointez l’appareil vers un invité, appuyez sur le déclencheur. Après le flash au premier rideau, la photo continue de se prendre, il faut donc dans ce laps de temps tourner rapidement l’appareil vers des sources lumineuse, c’est ce qui va créer les trainées lumineuses

Oui oui, vous allez avoir un comportement étrange et les gens vont se demander ce que vous faite.

 

Modifier l’apparence des trainées lumineuses

 

  • En bougeant l’appareil différemment, en effectuant des mouvements de rotations et/ou translation. C’est le type de mouvement que vous ferez avec votre appareil qui créera des trainées lumineuses différentes.

 

  • En tournant l’appareil vers des sources lumineuses différentes. Cela créera différentes couleurs et largeurs de trainées lumineuses

 

 

Il peut bien sûr y avoir des râtés, si les sources lumineuses sont trop fortes, ou si les trainées se retrouve au niveau des visages.

 

 

Pre-focus

 

Il est toujours difficile d’utiliser l’autofocus dans des conditions de faible luminosité, ce qui est le cas pendant la soirée d’un mariage. Pour éviter de trop galerer, il suffit de ne PAS utiliser l’autofocus ! Je règle la mise au point en manuelle à environ 2 metres, et je ne retouche plus ce réglage. Une fois ma mise au point manuelle réglée, la seule chose sur laquelle je dois me concentrer est de prendre mes photos à environ 2m de mon sujet. A F/8 et au grand angle, je suis sur et certain que mon sujet sera dans la zone nette de la photo. 
(pour aller plus loin: renseignez vous sur l’hyperfocale)

 

Anticiper l’action

 

Il suffit d’anticiper les moments forts de la soirée, avec les musiques les plus connues sur lesquelles il peut y avoir le plus d’actions. Si votre vitesse est réglée sur 2s, vous ne pourrez pas shooter en rafale, et vous ne pourrez pas tout capter. Anticiper est donc la seule solution pour être sur d’avoir ce que vous voulez.

 

 

Le Bokeh tournant DIY

Le Bokeh tournant DIY

Le bokeh tournant (en anglais: swirly bokeh), c’est quoi?

 

C’est un défaut optique d’un objectif qui fait tourner le flou d’arrière plan (=bokeh) en arrière du modèle. Il 4agit en fait d’une aberration optique due à la simplicité de la formule optique. C’est l’effet Petzval.

 

 

Cet effet est très à la mode depuis quelque temps pour ses capacités créatives et est très recherché de certains photographes.

 

Comment provoquer cet effet ?

 

-Solution 1: utiliser un objectif avec un défaut optique.

 

Le plus recherché est l’Helios 44-2 58mm F/2 qui se trouve autour de 30-50€ sur internet.

Pour la petite histoire, les Helios sont des copies des objectifs Zeiss qui étaient prévus pour être monté sur des appareils Zenith eux même des copies de Leica.

C’est un objectif M42 argentique de la guerre produit en ex-URSS qui se monte sur les boîtiers modernes grâce à une bague d’adaptation. Vous pouvez acheter une bague sur ebay en cherchant les termes « Adapter ring EOS M42 Helios »

 

 

 

-Solution 2, gratuite, Do It Yourself

 

J’ai utilisé mon 50mm F/1.8 Canon et un filtre UV que j’ai scotché au gaffer pour créer un diaphragme artificiel.

 

Voici le materiel nécessaire:

 

 

Cela permet de reproduire ce bokeh tournant de façon très simple.
Voici quelques exemples:

Freelensing DIY

Freelensing DIY

Le freelensing, c’est quoi ?

 

Le freelensing est une technique qui consiste à séparer l’objectif de l’appareil pour prendre une photo.
Le but recherché est de modifier le plan de netteté de la photo en inclinant l’objectif avec la main. On peut l’incliner en haut ou en bas, oubien sur les côtés.
On obtient ainsi un effet « tilt-shift » ou « décentrement-bascule » (voir exemple en bas de cet article)

On peux essayer le freelensing assez facilement en mettant un vide entre son objectif et sont boitier. ATTENTION A LA POUSSIERE QUI PEUT RENTRER.

Le désavantage de cette technique est qu’on perd la mise au point à l’infini. Il faut donc modifier un objectif pour retrouver cela et profiter pleinement de la technique du freelensing.

Il y a quelques temps, j’ai cassé un de mes objectifs en le faisant tomber par terre. Devenu inutilisable, quoi de mieux comme base pour se créer un objectif de freelensing.

 

Materiel nécessaire

  • Tournevis
  • Bouchon de boitier
  • Chambre à air
  • Collier Rislan ou serflex métal
  • Gaffer
  • Un vieil objectif

 

Il faut tout d’abord sacrifier une monture plastique, qui nous servira à monter l’objectif sur le boitier. 

Ensuite on démonte l’objectif bien comme il faut:

Et voici la légendaire formule double-Gauss

 

 

on scotch les deux lentilles pour reconstruire la formule optique du 50

 

Puis on utilise la chambre à air pour remonter le tout :

Le résultat final

 

Résultats

Et voici quelques photos pour vous donner une idée du rendu ! Bien sur, on bascule l’appareil en manuel et on règle ses ISO et sa vitesse en fonction de la lumière ambiante.