Sélectionner une page

L’appareil photo

Un appareil photo est composé d’un boitier et d’un objectif. L’appareil photo peut avoir un système de visée électronique ou optique. Quand il a une visée optique, on appelle ce type d’appareil photo un réflex. Il porte ce nom à cause de sa visée qui est dite reflex: c’est à dire que l’utilisateur voit ce qu’il se passe à travers son objectif grâce à un jeu de miroirs. Quand la photo est prise, le miroir se soulève et la lumière est captée par…. le capteur. Quand l’appareil propose une visée éléctronique, le photographe voit ce que le capteur enregistre via un petit écran secondaire situé au fond du viseur. On parle alors d’appareil mirrorless, ou hybride.

Ce qui fait la qualité de l’image et qui est donc le plus important est l’objectif. C’est pourquoi les objectifs de bonne qualité peuvent couter très chers.

Le boitier

Aujourd’hui, pour faire simple, tous les boitiers se valent. Le choix d’un boitier va être dépendant de votre usage. C’est pour cela qu’il est important de se poser la question de l’usage avant l’achat. Ce qui va faire aussi la différence est l’ergonomie, la façon dont on ressent le boitier dans les mains, si les boutons tombent bien sous les doigts. Et pour départager cela, rien ne vaut une visite physique en magasin pour prendre les boitiers en main.

Le capteur du boitier

C’est une pièce électronique situé au coeur de votre boitier qui convertit la lumière en signal électronique pour l’enregistrer sur la carte mémoire. Le capteur peut être plus ou moins grand selon le type de boitier.

  • Certains boitiers ont un capteur APS-C de dimension 14,8mmx22,2mm
  • D’autres boitiers ont un capteur « Plein format » (=Full frame) de dimension 24mmx36mm (le fameux 24x36)

Le rapport entre ces deux formats est de 1,6 (chez Canon)
La densité de pixel est exprimée en MegaPixel. Plus de mégapixel ne veut pas dire meilleures photos

Chaque format de capteur propose des avantages et des inconvénients, en fonction de votre utilisation.

 

L’angle de champ

C’est l’angle que capte l’appareil photo, la « largeur » de la scène.

 

L’angle de champ en fonction du capteur

Pour une même focale, des capteurs de tailles différentes vont fournir des angles de champs différents

 

Les objectifs

Il existe deux sortes d’objectif:

  • Les obejctifs zooms: grâce à la bague de zoom qu’on tourne à la main, on fait varier la focale.
  • Les objectifs fixes: la focale ne change pas, on modifie la perspective en se rapprochant ou s’éloignant de son sujet. (comme avec un smartphone par exemple)

Chacun possède ses avantages et inconvénients. En général, on choisi un objectif zoom ou un objectif fixe en fonction du type de photos que l’on souhaite prendre, et on change d’objectif en fonction des sujets. C’est un des avantages des appareils photos à objectifs interchangeables: pouvoir choisir de changer d’objectif en fonction de telle ou telle prise de vue.

Exemple d’un objectif zoom 24-70mm avec 3 objectifs fixes de 35mm

La focale

Un objectif est composé de plusieurs lentilles en verre. Même si optiquement ce que je vais dire est faux, c’est une façon pratique d’expliquer les choses:  un objectif possède un « centre optique ». On assimilera ici également le plan focal (foyer image) avec le capteur pour simplifier.

La distance focale est la distance en mm entre le centre optique de l’objectif et le capteur.

L’angle de champ en fonction de la focale

Et voici un exemple concret ( à capteur de taille identique) (ATTENTION: ces schémas sont optiquement faux mais pratique pour comprendre) (par exemple 24mm = Courte focale = grand angle de champ et 85mm = longue focale = petit angle de champ)

 

En théorie, il faut exprimer l’angle de champ en degré °
Mais dans le language photographique, on utilise la focale, ce qui trompe souvent les débutants.

 

En fonction du type de photos et du domaine, on va privilegier plus ou moins une longueur focale (et donc un angle de champ)

 

La perspective

Définition « perspective »Art, technique de la représentation en deux dimensions, sur une surface plane, des objets en trois dimensions tels qu’ils apparaissent vus à une certaine distance et dans une position donnée.

La perspective ne dépend que du point de vue : de l’endroit où se place le photographe. La perspective ne dépend pas de la focale.

Celui qui choisit une perspective (en se plaçant à 3 mètres d’un modèle par exemple) va donc ensuite choisir une longueur de focale en fonction du cadrage souhaité (un 100 mm pour un plan américain ou un 200 mm pour un gros plan par exemple). A l’inverse, celui qui choisit une focale avant tout, va devoir se déplacer selon le cadrage souhaité (éloigné pour un plan américain ou proche pour un gros plan par exemple). A chaque déplacement correspondra une nouvelle perspective

La mise au point (MAP)

C’est l’action de choisir les zones de la photos qui seront nettes et floues. C’est une action indissociable des considérations liées à la composition. Il faut donc choisir un endroit stratégique.

On fait la MAP:

  • en manuel: en tournant la bague de mise au point avec la main
  • en automatique: en utilisant l’autofocus.

Pour aller + loin:
La mise au point à l’infini permet d’avoir les plans éloignés nets.
L’hyperfocale est la distance de mise au point à laquelle tous les plans de la photo seront nets. Très utile en paysage

La profondeur de champ

La profondeur de champ est la zone nette de la photo. Elle peut être plus ou moins grande.
Elle est liée:

-à l’ouverture de l’objectif
-à la distance avec le sujet
-à la focale de l’objectif

(et c’est tout!)

La profondeur de champ n’est JAMAIS influencée par la taille du capteur. Mais vu que le capteur impacte l’angle de champ, il faudra faire varier d’autres paramètres, qui vont ensuite faire varier la PDC, pour comparer des cadrages identiques. Pour autant ce n’est ni un avantage ni un inconvénient : selon les situations, les gouts, et les techniques une grande PDC ou une PDC courte peuvent autant être atouts que contraintes.

 

L’ouverture

L’ouverture d’un objectif photographique est le réglage qui permet d’ajuster le diamètre d’ouverture du diaphragme.

Pour cela, on fait bouger un diaphragme situé entre les lentilles de l’objectif. Concrètement, vous pouvez le voir en regardant dans l’objectif quand vous prenez une photo:

Elle est caractérisée par le nombre d’ouverture ou ouverture géométrique.

N = \frac{f}{d}

On l’utilise la plupart du temps notée « f / N ». Ce nombre sans dimension est défini comme le rapport de la focale f au diamètre d de la pupille d’entrée. Par exemple, pour exprimer qu’un objectif est utilisé à une ouverture de 2,8, on écrira: f/2,8
Dans cette expression f désigne la distance focale. En pratique, cette signification est souvent ignorée, et « f/ » est considéré comme un préfixe introduisant le nombre d’ouverture. D’où le nom f-number (littéralement : « nombre f ») utilisé en anglais pour désigner le nombre d’ouverture.

Le réglage de l’ouverture d’un objectif:

L’ouverture à un impact sur la quantité de lumière ET la profondeur de champ. 

  • grande ouverture = grand diamètre = F petit = beaucoup de lumière rentre dans l’appareil = petite profondeur de champ = portrait
  • petite ouverture = petit diamètre = F grand = peu de lumière rentre dans l’appareil = grande profondeur de champ = paysage

En condition de luminosité difficile, sombre: l’utilisation d’un objectif à grande ouverture facilite la prise de photos.
Pour détacher mon sujet de l’arrière plan en créant du flou derrière lui: je privilegie l’utilisation d’un objectif à grande ouverture

 

La vitesse

On parle de vitesse, ou temps de pose, exprimée en seconde (s). Si vous préférez la métaphore de la fenêtre : le temps pendant lequel vous ouvrez la fenêtre.
1/2500eme de seconde est plus rapide que 1/10ème de seconde.

Le flou d’arrière plan et Bokeh

Le flou d’arrière plan est le flou qui se situe derrière le sujet. Il n’est pas quantifiable.


Le bokeh est la qualité de ce flou d’arrière plan. En toute rigueur on devrait prendre en considération tout ce qui n’est pas net, mais notre œil est habituellement plus sensible aux hautes lumières, et on remarquera plus aisément les formes que prennent les points lumineux en dehors du plan focal que certains photographes recherchent pour leur esthétique.

Bien qu‘il soit une caractéristique de la photographie [et non du matériel de prise de vue], c’est l’objectif utilisé qui détermine la forme et la taille du bokeh visible. Par exemple, un objectif avec des lames taillées plus circulairement permettra d’obtenir des formes plus rondes, plus douces, qu’un objectif dont le diaphragme est constitué de lames droites. Généralement, on cherche à obtenir un flou qui ne perturbera pas la lecture de l’image, « doux », « crémeux ». Les constructeurs en sont conscients et certains analysent en détails un nombre impressionnant de paramètres optiques afin d’obtenir un bokeh flatteur (ce qui constitue l’un des éléments reconnaissables de la « signature » de marques prestigieuses, Aussi cela justifie en parti le prix de ces objectifs !). A l’inverse, un objectif de conception moins soignée (ou de technologies dépassée) aura un bokeh plus « nerveux » (disques de lumière qui ne sont pas uniformes, aux bords très marquées, des formes moins circulaires, etc).

 

Le Crop Factor (utilisateur avancé)

 

La profondeur de champ n’est pas influencée par la taille du capteur. Mais vu que le capteur impacte l’angle de champ, il faudra faire varier d’autres paramètres, qui vont ensuite faire varier la PDC, pour comparer des cadrages identiques. Pour autant ce n’est ni un avantage ni un inconvénient : selon les situations, les gouts, et les techniques une grande PDC ou une PDC courte peuvent autant être atouts que contraintes.