Le nombre d’or, aussi connu sous le nom de Phi, Proportion Divine, ou Ratio de Fibonacci est un peu comme л (pi) : c’est un nombre irrationnel (avec une infinité de décimales), qui vaut environ ф = 1,618033989. De savants calculs permettent d’en tirer un rectangle d’or, ou une spirale d’or, que voici :

phispiral-300x185

Beaucoup de légendes entourent ce nombre : on entend souvent dire qu’on le retrouve partout, dans la nature et dans l’art principalement. Bref, ce serait « le nombre du beau ». Un certain nombre de monuments ou d’œuvres picturales anciennes (peintures, sculptures…) correspondent à ce nombre. Tout comme certains éléments naturels, comme le centre d’une fleur de tournesol, ou certaines proportions du corps humain.

 

Mais à quoi ça sert en photo ?

J’imagine que vous commencez à le deviner : ce « nombre du beau » peut nous servir à composer nos images. Et je ne suis bien évidemment pas le premier à en avoir l’idée : ce nombre a été utilisé par de célèbres architectes et artistes, et même par des entreprises.

capture-decran-2016-10-09-a-16-11-56 capture-decran-2016-10-09-a-16-10-13 capture-decran-2016-10-09-a-16-09-31

Mais ne vous mettez pas à composer tous vos clichés selon le nombre d’or au millimètre près. Le nombre d’or ne fait pas un bon cliché. C’est tout simplement une règle de composition comme une autre (bien que très forte) qui permet de sublimer un cliché, et qu’on peut suivre ou prendre à contre-pied.

Je pense que son grand avantage par rapport à la règle des tiers, c’est que ça paraît un peu plus naturel : mettre la ligne d’horizon au niveau d’une ligne de la grille de Phi paraît moins forcé que si l’on utilise la ligne des tiers par exemple. Les images qui correspondent au nombre d’or « fonctionnent bien », si vous voyez ce que je veux dire. On ne sait pas trop dire pourquoi en regardant la photo, mais le cadrage et la composition paraissent harmonieux.

Et tant mieux, puisque c’est ce qu’on recherche.